Saturday, May 20, 2006

Nuit magique au musée

L'samdi soir, c'est bien connu l'ouvrier après le turbin prend l'métropolitain. Et pour aller où? Pour aller mais oui, mais c'est bien sûr au Musée des sciences, lequel, au pied de la Géode, fourmillait et crépitait plein feu pour "la nuit des Musées" - image hardie- vu qu'elle est sphérique grave la Géode.
Moi qui suis un ouvrier de la magie, un pue la sueur du chop-cup, un limeur du Si-Stebbin, un ankilosé du saut de coupe, j'avais lu qu'il y avait l'équipe à Socrate, le célèbre philosophe magicien qui s'était attelée à illustrer la Science par l'Illusion.
Et bien c'était vrai, enfin en partie: Ils étaient bien là, derrière leur table recouverte d'un velours noir destiné à mettre en valeur leurs blanches mains. Y en avait partout au premier et second flours. On adore les petits flours nous les magiciens, d'ailleurs eux aussi, tous autant qui zétaient, s'amusaient comme des petits flours. Par contre leur magie avait pour certains, un rapport parfois tiré par un cheveu invisible avec la Science...

Le premier attroupement, ce fut Paul de Rhuys, enchantant les émerveillés qui l'entouraient avec juste 4 ou 5 pièces de monnaie traversant l'espace très invisiblement mais avec juste assez de tintinabullement pour justifier une association avec l'étude du Son comme c'était écrit sur le panneau devant lequel il régnait une étoile de pièces entre les doigts.

Accompagné de Jicé-Presti ,"Friendnoeunoeil" pour les amis, je passai beaucoup de temps à béer d'admiration devant l'immense Jean-Jacques Sanvert, s'ingéniant à dégoûter du poker à tout jamais et en deux coup les gros, une foule complètement abasourdie par ce subtil farceur. Dans le public y avait la chieuse. Genre "je vous diras pas quelle est ma carte....pisque c'est vous le magicien." Comme il la connaisait depuis le début la carte le Jean- Jacques, ça lui posait pas vraiment de pb! Pour se venger il tenta de pique la montre de la retorse, et bien "croyez- le ou non" la dame avait son fermoir monté à l'envers! salope!
Nous nous quittames et je m'en fus découvrir la fleur de la soirée, la toute fraîche et jolie comme un jeu neuf de tally -ho, la mervreilleuse Alexandra D. Eh, eh j'ai rien failli rien voir de ce qu'elle faisait, scotché que j'étais par son sourire et l'éclat de son regard espiéglement limpide.
Oui, oui elle a re trouvé la carte, grâce à une tapette.... une tapette à rat je précise, la foutue- carte soigneusement égarée par un espectateur. Quand les filles sont spirituelles, elles peuvent faire ce qu'elles veulent, j'applaudis. Remarquez, les autres aussi ils applaudissaient fort, vu qu'elle est encore plus surprising que le cooktail éponyme par lequel on la nomme.
Je commençais à fatiguer, mais j'eus la force de chercher et trouver Stephane Gali. C'est un subtil que le Stephanou. Il me fait penser à Corbier, un magicos des rues, qui avait des combines extra, et qui jouait en finesse avec son public. Et bien le Stephane qui défendait le panneau énergie, il le défendait bien son panneau: Fallait le voir hacher et reconstituer son rouleau de drisse à 50 euros les 100 mètres! Fallait voir les machoires pendantes de son auditoire. Quel bonheur.
Après c'était fin, je cite Alain Tonna, Arthur Tivoli que je n'ai pas trouvés mais qui sont tellement excellents que j'ai entendu à trente mètres de distance les applaudissement qu'ils déclenchaient. Je ne connais pas les autres, à cause que je suis vieux et que la belle jeunesse magicienne m'est en partie inconnue. Je remercie aussi les gentils collègues qui m'ont salué et fait applaudir par le public, serai-je devenu à mon insu un grand magicien? A mon avis ça se saurait.
Quoi qu'il en soit, Stephanou m'a aimablement ramené. Il était une heure du mat. Dans le parking désert une dame errait cherchant comme une démente sa voiture, elle avait la machoire serrée l'oeil vitreux, On roulait, elle a fait un geste implorant, mais on était trop loin déjà. Je pense que ce matin on l'a découverte, prostrée à l'angle rose du parking C au second sous-sol. C'est l'interne de St.Anne qui va être content car la Science à haute dose, on ne le dira jamais assez, ça nuit grave à la santé mentale.

0 Comments:

Post a Comment

<< Home